Roger Jardelle, maire de Reims (1894-1959) rescapé de la déportation

Roger Jardelle: huile réalisée en 1956 par Adrien Sénéchal

Natif de Reims où il a vu le jour Avenue de Laon le 30 janvier 1894 , métreur puis métreur-architecte en 1929, Roger Gérasime Jardelle, un enfant du 4ème canton, « homme gentil, affable et simple », radical-socialiste, a consacré près d’un quart de siècle à la chose publique. Croix de guerre 1914-1918, médaillé militaire, il commence sa carrière municipale en 1929 comme conseiller , occupant ensuite les fonctions d’adjoint.

Arrêté le 15 juin 1944

Mais son parcours municipal lui coûte cher. C’est en effet comme élu, avec le maire Henri Noiret, Bertrand de Vogüé, André Huet, Albert Réville et le secrétaire de la élu sous-préfecture qu’il est arrêté par les occupants allemands. Déporté au camp de Neuengamme il en réchappera et fut rapatrié sur Reims le 18 mai 1945.

Retrouvant son siège municipal, Roger Jardelle premier adjoint en 1948 fut élu maire en juillet 1949, suite au décès d’ Albert Etienne Réville en cours de mandat. Il occupera cette fonction jusqu’en 1953.

Au monument aux martyrs

de la Résistance et de la déportation

Photo CNDP

Le 8 mai 1955 c’est avec une grande émotion qu’il participe à l’inauguration du monument aux martyrs de la Résistance et de la déportation édifié à la place d’un kiosque à musique dans les Hautes Promenades. Au cours de cette cérémonie présidée par le général Ganeval, ancien déporté de Buchenwald, le député Pierre Schneiter et le maire René Bride, une urne recueillant les cendres de déportés des camps de Mauthausen, Flossenburg, Bergen-Belsen et Neuengamme est scellée dans le monument.

Roger Jardelle fait chevalier de la Légion d’honneur en 1950 reçut aussi la croix de guerre le 18 mai de la même année des mains du président de la République Vincent Auriol .

Roger Jardelle debout, aux côtés du président de la République Vincent Auriol (photo Alain MOYAT)

Dans un bilan dressé à la fin de sa mandature, Roger Jardelle a particulièrement insisté sur le bilan social des années 1947 à 1953 marqué par la création de chantiers communaux, d’un fonds municipal d’aide au chômage, d’un bureau d’aide sociale avec fourniture de repas aux chômeurs de même que la mise en place d’un chantier « secours-travail » d’entretien de voirie pour les vieux travailleurs.

Durant la même périoe, le conseil a admis le principe de la transformation de l’école préparatoire de médecine et de pharmacie en une école de plein exercice. A cette époque la mairie comptait 900 salariés.

Une rue et une école à son nom

(photo infosparents51.fr)

Roger Jardelle était aussi officier de l’Instruction publique, chevalier de la Santé publique, officier de la Couronne de chêne du Luxembourg, titulaire des Palmes académiques et de la Médaille d’honneur communale.

Il s’était marié en 1920 à Jeanne Marie Hermance Appelle, qui se présenta aux élections municipales, en 1944, sur la liste du parti radical. La sépulture de Roger Jardelle se trouve dans le 20 ème canton du cimetière du Nord.

L’ancien maire a une rue et une école à son nom dans le quartier de l’Avenue de Laon est fleurie chaque année au cimetière du Nord, le 30 août, jour anniversaire de la Libération de Reims.

Alain MOYAT

Source: « les rues de Reims, mémoire de la ville »par Jean-Yves Sureau; « la gestapo française » par Gérard Chauvy et Philippe Valode; « 50 ans de vie rémoise par Alain Moyat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s