Ernest Kalas architecte décorateur primé à l’expo universellle de 1900

Philippe Ernest Kalas (1861-1928)

Il a su marier avec talent l’architecture et les arts décoratifs. Médaille d’or pour son pavillon champagne à l’exposition universelle de 1900, Philippe Ernest Kalas ( 1861-1928)a aussi réalisé de superbes celliers pour des maisons de champagne rémoises et participé à la reconstruction d’églises. Avec Paul Léon Il a aussi publié douze plans pour montrer l’évolution de Reims depuis les gallo-romains. Et ce n’est pas tout.

Une formation musclée

Quand il décide en 1884 de s’associer avec le Rémois Armand-Jacques Bégue, Philippe Ernest Kalas architecte décorateur a de sérieuses références. D’abord apprenti chez l’architecte Alphonse Gosset, choisi pour faire l’Opéra de Reims, il fait l’école nationale des Beaux-Arts, travaille chez Brunel, dessinateur; dans l’atelier Guadet (prix de Rome)et de Pierre Victor Galand (peintre décorateur). Par deux fois il est lauréat du concours de peinture et de sculpture de l’Union centrale des arts déco (1883).

On lui doit les celliers Mumm, aujourd’hui « le Cellier« 

Il a dessiné les celliers Roederer, mais les Rémois connaissent mieux l’une de ses plus belles réalisations rue de Mars, face à l’hôtel de ville. C’est en effet à Kalas que l’on doit en 1899 les celliers Mumm (ancien siège de Jacquart)dont la façade japonisante avec ses cinq mosaïques illustrant le travail du vin fait le bonheur des photographes. Le bâtiment est devenu l’un des nouveaux lieux culturels rémois: « le Cellier ».

Primé à l’expo universelle de 1900

Le pavillon primé (aquarelle de Toussaint)

Kalas. Une sculpture du rémois Auguste Coutin (1932)

Kalas a eu aussi les honneurs nationaux en recevant une médaille d’or (catégorie plans et modèles d’édifices civils) pour le bâtiment Champagne de 400 mètres carré , « mi art nouveau, mi rococo » construit à l’occasion de l’exposition universelle organisée à Paris.

Kalas a aussi secondé Edouard Redon pour la réalisation au parc Pommery du fameux collège d’athlètes voulu par le marquis de Polignac (1907-1913)

Il a participé à la reconstruction partielle de plusieurs églises: à Sillery (Marne), Aubenton (Aisne) et Maubert-Fontaine.

Un professionnel érudit

Une affiche réalisée par Kalas (1896)

Co fondateur de la société des Amis du vieux Reims (1909), Ernest Kalas marié à Blanche Honorine Truchon, artiste peintre, fut deux fois président de l’Académie nationale de Reims (1913 et 1923)est très érudit. Il a publié plusieurs ouvrages : « De la Tamise à la Sprée », « les aspects de Reims au III ème siècle », « la vie rémoise à travers les âges ». Des biographies anotamment sur les Ponsin: peintres rémois et sur René de Saint-Marceau).

Avec le peintre Paul Bocquet et Abel Jamas, Kalas il est aussi le fondateur de l’union rémoise des arts décoratifs (1922)

Au cimetière du Nord, c’est lui qui a réalisé le tombeau de la famille Cadot-Tortrat avec sa fameuse pleureuse drapée (de Théodore Rivière) assise dans une chapelle.

Opposé au plan Ford de reconstruction de Reims

De 1919 à 1923 inspecteur du service archéologique de la ville de Reims rattaché au service des monuments historiques dirigé par Henri Deneux, Kalas s’est opposé fermement ( mais presque en vain) au plan Ford de reconstruction de Reims après la première guerre mondiale.

Alain MOYAT

Sources: site internet des maisons de champagne, les rues de Reims de Jean-Yves Sureau; « le cimetière de Reims » d’Alphonse Rocha; Wikipédia.

Une réflexion sur « Ernest Kalas architecte décorateur primé à l’expo universellle de 1900 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s