Jean-Baptiste Langlet: médecin humaniste et héros civil de 1914-1918

Photo M. Branger (1909)

Il aurait pu devenir courtier en laine comme son père. Il a choisi la médecine comme son grand-père. Jean-Baptiste Langlet (1841-1927), maire de Reims de 1908 à 1919, est pourtant plus connu pour son comportement exemplaire lors de la Première guerre mondiale.

Si la ville de Reims recherche une personnalité lcoale à mettre à l’honneur dans le parc du quartier Saint Remi, pas besoin de lorgner vers le tsar Pierre Legrand du côté de la Russie… Une statue à la mémoire de Jean-Baptiste Langlet serait plus appropriée tant la vie de ce Rémois toujours soucieux de « faire appel à la raison » fut exemplaire.

Médecin et citoyen engagé

Après des études au collège Bons enfants et au lycée, Jean-Baptiste Nicaise Langlet débute ses études de médecine et de pharmacie à Reims en 1861 avant de devenir en 1867 interne des hôpitaux de Paris. Médecin major en 1870 lors du siège de Paris par les Prussiens puis témoin des massacres lors de la Commune, il passe sa thèse l’année suivante avec succès. De retour à Reims il se marie avec Louise Marie Lévêque de Pontfaverger et s’installe quartier Saint-Remi . (Il aura deux enfants et deviendra tuteur de ses trois neveux orphelins.)

Si sa thèse de médecine sur les rapports entre le sommeil et la nutrition des centres nerveux lui valent les honneurs, Langlet, conseiller municipal républicain de 1871 à 1879 crée l’Union médicale et scientifique du Nord-Est, creuset de nombreuses publications. Il se préoccupe notamment de la cause de la mortalité enfantine à Reims et la façon de la combattre; milite pour que chaque foyer ait l’eau potable. Il crée le bureau d’hygiène en 1882, ainsi que l’oeuvre des voyages scolaires pour permettre à tous les enfants de découvrir d’autres horizons. Elu Député radical contre Menesson-Champagne de 1889 à 1893, médecin chef des hôpitaux de Reims, il est nommé directeur de l’école de médecine en 1896. « Plus socialiste que radical« , sous une allure un peu rude, Jean-Baptiste Langlet , intègre, est très ferme pour défendre ses opinions. Conseiller général du 3ème canton en 1906, il est élu maire en 1908 et reconduit à ses fonctions jusqu’en 1919.

Défenseur de l’école publique

Si au début de son mandat, Langlet se contente de gérer les affaires courantes, fait des économies et termine le travail engagé par ses prédecesseurs Charles Arnould et Adrien Pozzi, il se heurte vite au cardinal Luçon fraîchement débarqué à Reims.

Anticlérical, membre de la section rémoise de la Ligue de l’enseignement, le maire n’accepte pas la campagne lancée en 1909 par le pape dénigrant les instituteurs de l’école publique accusés de « perversion morale et de donner un enseignement contraires aux moeurs et au bien social. »

A l’initiative du musée des Beaux-Arts

Président d’honneur de la Société des Amis du Vieux Reims, membre de l’Académie de Reims à qui il présenta la vie et l’oeuvre du sculpteur Saint-Marceaux , Jean-Baptiste Langlet est aussi celui qui favorisa l’installation du nouveau musée des Beaux-Arts dans l’ancienne abbaye Saint-Denis, musée inauguré en 1913 et dont il fut lui-même conservateur à la fin de sa vie.

Héros civil de 1914 à 1918

Agé de 73 ans au moment de la déclaration de la Première guerre mondiale, Jean-Baptiste Langlet est sans conteste une figure emblématique de la résistance de la France lors de l’invasion allemande. Interlocuteur des allemands qui occupent Reims du 4 au 12 septembre 1914 , demandent la reddition de la ville et une forte rançon, il est d’abord pris en otage avec d’autres Rémois. Il doit ensuite faire face à de nombreuses difficultés financières de la commune obligée d’emprunter pour acheter du ravitaillement à destination des 100.000 habitants, pour assurer le traitement des fonctionnaires municipaux mobilisés, accorder des crédits aux réfugiés et aux chômeurs. Pas d’accord pour faire évacuer Reims fin 1914 comme le voulait l’armée, Langlet s’attache par contre à réclamer au militaires français ce qu’ils doivent à la ville pour son occupation. Réclamant l’union sacrée à son assemblée communale, il fait aussi une paix intelligente avec le cardinal Luçon et multiplie les visites de la cathédrale et de la ville pour montrer au monde entier les dégâts occasionnés par les bombardements (qui durèrent 1051 jours).

Poignée de main entre le cardinal Luçon et Jean-Baptiste Langlet, deux hommes qui ne s’appréciaient pas mais qui surent oublier leur conflit au nom de l’intérêt de la ville et desRémois (photo collection Claude Langlet-Fargette)
La dernière visite de Reims avant d’être obligé de quitter la ville en mars 1918 (collection Reims Avant)

Suite à l’incendie de l’hôtel de ville il fut contraint d’organiser en 1917 le conseil municipal juste à côté dans les caves de la maison Werlé, rue de Mars. De même, obligé finalement de quitter la ville le 25 mars 1918 face à l’offensive allemande du printemps 1918 , il organise un conseil municipal de Reims … à Paris, 19, avenue de l’Opéra.

Pour ses obsèques le 10 mars 1927, Jean-Baptiste Langlet a droit à des funérailles grandioses avec un corbillard qui parcourt les rues de la ville jusqu’au cimetière du Nord. Une reconnaissance méritée pour ce grand Homme qui avait déjà eu droit de son vivant – fait exceptionnel- à l’inauguration d’une rue à son nom en 1924.

Cortège funèbre dans la ville pour accompagner Jean-Baptiste Langlet jusqu’à sa dernière demeure au Cimetière du Nord (photo collection Claude Langlet-Fargette)

Alain MOYAT

Sources

https://documentation-ra.com/2016/06/22/docteur-jean-baptiste-langlet-1841-1927/

https://www.lunion.fr/art/region/l-hommage-d-une-arriere-petite-fille-a-un-maire-courageux-ia3b24n414494

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/marne/reims-metropole/reims/histoires-14-18-dr-jean-baptiste-langlet-maire-reims-777751.html

wikipedia, Jean-Yves Sureau: « les rues de Reims« ; « histoire de Reims » par Georges Boussinesq et Gustave Laurent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s