Hugues Krafft: du globe trotter fortuné au musée le vergeur

Dans le carré protestant, Hugues Krafft est enterré seul à côté de la sépulture familiale

Réputé mondialement comme « voyageur-photographe » Chrétien Pierre Guillaume Hugues Krafft est plus connu à Reims comme le légataire de l’hôtel musée Le Vergeur qu’il avait sauvé en 1910 des Américains, reconstruit après la première mondiale et légué à la société des Amis du vieux Reims . Un fortuné globe-trotter qui a parcouru le monde, appareil photo Zeiss à plaques et coffret d’aquarelles en bandoulière.

Sur la tombe de Krafft: « Je suis la résurrection et la vie: celui qui croit en moi, encore qu’il soit mort, vivra; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. »

Il pétille pour une vie facile

Hugues Krafft photographié par Bourne Shepherd

Fils d’un baron allemand venu en France faire fortune, Hugues Krafft né en 1853 à Paris passa toute sa jeunesse à Reims à partir de 1855. Après avoir commencé des études au lycée, malade, il suit des cours avec un précepteur et fréquente même le célèbre collège privé d’Eton (GB). Son père, d’abord représentant puis associé de la maison de champagne Louis Roederer lui promet un bel avenir en lui succédant. Krafft n’est pas du même avis. S’il commence sa carrière comme caviste, en dandy, le champagne, il préfère le boire dans les soirées mondaines, lui qui adore aussi la danse et l’équitation. Engagé volontaire conditionnel au 3ème Régiment du Génie en 1875, Krafft perd successivement son père (1877) et sa mère (1880)et hérite d’une fortune considérable en plus du château de Toussicourt près de Villers-Franqueux (Marne) et un hôtel à Paris, Avenue Vélasquez.

Un deuil dont il se console vite en entreprenant dès 1881 un tour du monde avec son frère Edouard et deux autres amis fortunés en s’inspirant du « tour du monde en 80 jours » publié en 1872 par Jules Verne. Lui boucla son tour du monde en 573 jours. (1)Il découvre d’abord Alexandrie et le Canal de Suez, l’Inde, le Sri Lanka, la Chine, Hawaï, les États-Unis et le Japon qu’il adore.

Un combat de sumo immortalisé en 1882 par Hugues Krafft

Photos, récits et aquarelles pour témoigner

Il découvre aussi la Grèce, l’Espagne, l’Italie, la Bavière. Il poursuit par le Maghreb, l’Egypte, la Palestine, la Bosnie, le Monténégro, la Russie où il assiste au couronnement du tsar Nicolas II, la Transcaucasie, le Turkestan russe. En 1885 il publie chez Hachette son voyage autour du monde.

C’est ainsi qu’il immortalise ses vingt années de voyages dans des expos photos (on parle de 3.000 images sur plaques de verre) , en aquarelles, dans de nombreuses publications et lors de conférences . Membre de nombreuses sociétés (touchant à l’art et à la géographie, mécène, il reçoit la Légion d’honneur des mains du président Sadi Carnot.

Hugues Krafft passionné aussi par l’histoire, la géographie et l’art

Profondément épris du Japon il fait réaliser par Wasuke Hata le premier jardin japonais de France (Midori no sato: « colline de la fraîche verdure ») dans sa propriété de Loges-en-Josas.

Une association pour mieux faire connaître l’artisanat d’art

Si un accident de bicyclette l’handicape à partir de 1896, Krafft n’oublie pas Reims où avec l’architecte Ernest Kalas il crée en 1909 la Société des amis du vieux Reims avec pour but de faire mieux connaître l’artisanat d’art.

C’est dans cet esprit qu’en 1910 il rachète l’hôtel Le Vergeur au nez et à la barbe des américains qui voulaient le bâtiment juste pour y enlever dans une salle gothique son magnifique plafond sculpté polychrome du XV ème siècle.

La gestion de lhôtel Musée Le Vergeur (Place du forum à Reims)est passée sous la coupe de la ville en 2019.

Mal récompensé par ce beau geste puisque l’hôtel souffrira énormément des bombardements de 1914-1918 (le fameux plafond fut même détruit) , Krafft n’hésite pas à revendre sa somptueuse collection d’extrême Orient pour reconstruire l’hôtel à partir de 1924, y habiter aux étages et organiser en 1930 son musée au rez-de-chaussée.

Krafft légua aussi à la ville une magnifique collection d’oeuvres du peintre Jacques Brascassat

Décédé à Reims le 10 mai 1935, Krafft légua l’hôtel musée le Vergeur à la société des Amis du vieux Reims. Il fit don aussi au musée des Beaux-Arts de Reims d’une imposante collection de tableaux et dessins (on parlait à l’époque de 114 peintures et 900 dessins (2)réalisés par Jacques Brascassat qui les avait lui-même légué au papa d’Hugues Krafft, son mécène.

La gestion du musée Le Vergeur a été reprise en 2019 par la ville de Reims.

(1)Lire l’article d’Isabelle Chastang dans le numéro 18 de Regards sur notre patrimoine, bulletin de la société des Amis du vieux Reims

(2)(Un chiffre fortement revu à la baisse des décennies plus tard…. Erreur de comptage ou détournement?)

Source: presse rémoise du 11 mai 1935; la vie rémoise d’Eugène Dupont; écrits inspirés par Amélie Trabichet Beaujouan conservateur du Musée le Vergeur et Isabelle Chastang biographe de Krafft; wikipédia.

Alain MOYAT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s