champagne:Henri Abelé donne un coup de pouce au dégorgement à la glace

Il repose dans le canton 7 du cimetière du nord. Grand nom du champagne, Henri Abelé a été le premier à utiliser industriellement le procédé de dégorgement à la glace inventé par Armand Walfard, gérant du champagne Binet

Henri Abelé a cofinancé la reconstruction de la cathédrale au sein de la société des Amis de la cathédrale

Fils de François Abelé et de Lucie de Muller, Henri Abelé (4 août 1852 -2 novembre 1923) reprend en 1876 l’affaire que dirigeait son père et créée en 1757 par le Belge Théodore Vander Veken.

L’origine de la maison Abelé trouve ses racines en Belgique avec le Belge Théodore Vander Veken qui implanta en 1757 à Reims une activité de champagne mousseux.

L’origine de la maison Abelé trouve ses racines en Belgique avec le Belge Théodore Vander Veken qui implanta en 1757 à Reims une activité de champagne mousseux. Son fils Remi qui développa l’affaire n’ayant pas d’enfant, c’est son neveu Auguste Ruinart de Brimont qui reprit l’affaire en 1828 avant de s’associer à son beau-frère Antoine de Muller (inventeur de la table à remuer les bouteilles). C’est auprès de ce dernier que François Abelé, son neveu acquit son expérience avant de se lancer sa propre entreprise à Ludes pour finalement racheter suite à une faillite, (fusionner diront certains)les entreprises originelles sous le nom de Abelé Vander Veken Henri Abelé.

De Ludes il la transfère en 1880 à Reims, rue de la Justice, derrière le cimetière du Nord. Dynamique il cofonde le syndicat du commerce des vins de champagne en 1882. Entreprenant il est le premier en 1884 à utiliser industriellement le procédé de gélification du goulot de la bouteille de champagne à dégorger inventé par Armand Walfard.

Fournisseur de la cour du roi d’Espagne il multiplie les cuvées. Invente notamment « le sourire de Reims sec » pour les poissons, « le goût américain » pour l’apéritif, « l’impérial club demi sec »pour le dessert.

Victime de la guerre 14

Durant la guerre 1914-1918, les entrepôts de son entreprises furent plusieurs fois bombardés rue de la Justice. Plusieurs ouvriers moururent dans les caves victimes aussi d’inondations. Personnalité rémoise, Henri Abelé fit aussi partie des otages pris par les Allemands qui occupèrent la ville en septembre 1914. Pas démonté, le chef d’entreprise tenta de rester à Reims en aménageant un grand appartement dans ses caves avec en plus une chapelle pouvant accueillir, paraît-il jusqu’à une centaine de personnes.

voir le site https://14-18.documentation-ra.com/2013/11/2013-11-livret-de-photographies-champagne-henri-abele/

site réalisé par www.reimsavant.com

Il partit finalement à Paris jusqu’à la fin de la guerre et revint à Reims en 1920 où il s’associe avec deux de ses fils: Louis et Joseph. Amoureux de sa ville il participera avec bien d’autres industriels à la reconstruction de la cathédrale au sein de la Société des Amis de la cathédrale.

Bourreau de travail il décédera dans son bureau en 1923 alors qu’il recevait un représentant.

La marque existe aujourd’hui dans les activités du groupe Freixenet.

Alain MOYAT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s