l’architecte Alphonse Gosset réalise le premier opéra rémois

Architecte, membre de l’Académie Nationale, (9mai 1835- 11novembre 1914) , fils de Pierre Louis Gosset lui-même architecte, Alphonse Gosset a marqué Reims de son empreinte. Il mériterait une plus grande notoriété .

Formé à l’école nationale des beaux arts de Paris, Alphonse Gosset construisit d’abord de nombreuses usines de textile et des chais pour les maisons de champagne. Le cellier Carnot de la maison Pommery, réplique d’un château anglais de style Tudor en est la plus belle illustration.

Si Alphonse Gosset est surtout connu pour sa superbe réalisation que constitue la basilique Sainte Clotilde, de style néo byzantin, avec sa belle coupole, – un édifice réalisé à l’occasion du XIV centenaire du baptême de Clovis -et inspiré parSaint Pierre de Rome et Saint Augustin de Paris, ce que l’on sait moins, c’est qu’il réalisa le nouveau théâtre de Reims, là où se trouve aujourd’hui l’actuel Opéra.

Un théâtre inauguré en 1873 mais détruit en 1914

le nouveau théâtre n’aura vécu que 41 ans

Commencé en 1867 et reposant sur un sol de craie bétonné de peur des infiltrations, le théâtre rémois de la même hauteur que les maisons qui l’entourent (une des conditions du cahier des charges) s’inspirait un peu de l’Opéra Garnier. Fort de quatre étages avec une salle de 1.200 places en forme de fer à cheval il fut deux fois victime de la guerre.

En 1870, le gros oeuvre de l’établissement sert d’hôtel pour accueillir les fantassins prussiens. En 1914 il est victime des bombardements qui visent la cathédrale.

Entre temps, tout de même ce théâtre à l’italienne dont les travaux s’achevèrent en 1873 fut inauguré le 3 mai de la même année par le ministre Jules Simon. En présence notamment de sociétaires de la Comédie Française: Madeleine Brohan, Febvre et Bressant, d’un Opéra avec entre autres deux notoriétés locales: la basse Menu, de Bétheny et le ténor Richard et une opérette d’Offenbach: « Les Brigands ».

Sans doute victime collatérale du bombardement sur la cathédrale

Ce sont d’autres brigands qui quarante ans plus tard mirent à mal le beau théâtre réalisé par Alphonse Gosset. En septembre 1914 l’intense bombardement sur la ville et principalement la cathédrale atteint la coupole du théâtre qui s’écroule avec son imposant lustre. Un incendie détruira peu de temps après le bâtiment dont seul la façade subsistera.

Le foyer du thé^âtre après l’incendie

Le théâtre qui avait connu sa dernière séance le 14 juillet 1914 ne rouvrit qu’en 1931, reconstruit à l’identique ou presque par les architectes François Maille et Louis Sollier.

Un touche à tout inventif

On doit bien d’autres réalisations à Alphonse Gosset (voir Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alphonse_Gosset

On retiendra notamment la réalisation de nombreux hôtels particuliers (veuve Hiedsiek, Walbaum), la villa de la veuve Pommery à Chigny-les-Roses, de nombreuses usines textiles (Dauphinot, l’usine de peignage Isaac Holden et fils, la filature Marteau, le tissage Nouvion à Bétheniville, une ferme modèle à Villers-Allerand, des habitations ouvrières à Courcy, le château de Neuflize, le château Rozais à Rilly-la-Montagne, les églises de Thil (1867) et Bermericourt (1864), les mairies de Corbeny (Aisne), Cormicy et de La Neuvilette etc.

Alain MOYAT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s