La saga du chevalier de Maison Rouge Alexandre Dominique Joseph Gonsse de Rougeville

Alexandre Dominique Joseph Gonzze de Rougeville

Son corps repose au fond de la fosse commune. Fusillé au pied du mur du cimetière en 1814 pour trahison, le marquis Alexandre Dominique Joseph Gonsse de Rougeville, connu aussi sous le nom de Chevalier de Maison Rouge, aventurier, conspirateur est un vrai personnage de roman.

Le Picard Alexandre Dumas lui a donné l’immortalité en lui consacrant un roman: « Le chevalier de Maison Rouge » (1). Le superbe Michel le Royer l’a incarné dans un feuilleton mémorable à la télévision.
En vérité, ni noble, ni marquis, fils d’un riche cultivateur de Sainte-Croix d’Arras, exilé, puis condamné à mort à Reims, il repose depuis mars 1814 au fond de la fosse commune du cimetière du Nord. Intrigant, aventurier, royaliste, exalté, Alexandre Dominique Gonse (ou Gonzze)de Rougeville, fusillé le 10 mars 1814
devant le mur du cimetière pour « trahison », fut un personnage hors du commun. Petits extraits d’une vie trépidante.

Sa vie fut un roman

Impossible de résumer en quelques lignes la saga de ce singulier aventurier, tantôt sympathique, tantôt méprisable fidèle jusqu’à sa dernière heures à la « femme Capet » (Marie-Antoinette)dont il était sans doute quelque part amoureux, mais un peu trop opportuniste au point d’en arriver à devenir -au moins le lui a t-on reproché – agent de renseignements des forces russes en position devant la cité rémoise.
Empruntant son nom et sa particule « de Rougeville »au nom d’un … moulin que possédait son père Alexandre, il
parcourt en pointillé l’histoire de France mouvementée, de la Révolution à l’Empire. Et on lui prête beaucoup. Il voulait faire sauter l’Assemblée Constituante avec une machine infernale.
Parce qu’il est « agité » durant le « complot «  de Louis XVI, les Jacobins l’enferment. Relâché, puis suspecté par les mouvements révolutionnaires, il se cache sous la Terreur.
Membre des Chevaliers de Saint-Louis, celui qui fut aux côtés de la reine Marie-Antoinette quand les Tuileries furent assiégées en 1792 propose en août 1793 ses services à sa reine enfermée aux Tuileries.

Il propose son aide à Marie-Antoinette
Le billet de Marie-Antoinette à Gonze de Rougeville

Il gagne la confiance de l’administrateur de la prison, approche la prisonnière, lui lance derrière un poêle un œillet qu’il avait à sa boutonnière, autour duquel il a glissé un mot dans lequel il propose d’aider la reine à s’évader et à lui fournir de l’argent.
Ayant formulé une réponse à coups d’épingle dans un papier, Marie-Antoinette remet le message à un gardien en qui elle avait confiance. A tort: « Le complot à œillet » est éventé.
Deux mois plus tard la reine est guillotinée.
Gonsse de Rougeville, qui a par ailleurs pas mal de déboires sentimentaux qui lui ont déjà valu la prison, émigre à Bruxelles.
Relâché en 1794, il est remis en prison un an plus tard sur ordre du Comité de sûreté générale.
Passent la Convention, me Directoire. De Rougeville conte ses malheurs dans « mes 4 000 heures d’agonie » puis commet une tragédie en vers intitulée: « la Reine ».
Libre en 1797, il propose ses services à Bonaparte de lui apporter des idées sur les finances, le recrutement, etc
En exil à Reims
Mais la police impériale l’a dans le collimateur et l’oblige à aller en résidence à Reims. Il loge d’abord rue de la Poissonnerie, avant d’acheter une ferme à Bas-Lieu (aujourd’hui les Eaux-Vannes).
Il épouse en 1806 à Soissons Caroline Angélique Boquet de Liancourt (de la famille du peintre)et
lui fait deux enfants.

1814: Au moment où les troupes russes commandées par le prince Volkonski occupaient Reims (10/02/1814-6/3/1814) on dit que De Rougeville lui aurait demandé d’épargner sa propriété .

A 52 ans, insatiable, de Rougeville a t-il offert ses services pour aider les troupes russes à reconnaître la Champagne? (Il aurait fait des reconnaissances sur Epernay et Villers-Cotterets).
On n’en aura jamais la preuve. Mais il est arrêté le 10 mars 1814, envoyé à la prison de « Bonne semaine », rue Vauthier-Lenoir. Traduit en conseil de guerre, défendu par l’avocat royaliste Caffin (qui avait défendu le faux dauphin en 1802 à Reims), un conseil de guerre le condamne à mort. A l’unanimité.
A 17 heures, sous les huées, le chevalier de Maison Rouge est emmené devant le mur du cimetière du Nord. Il refuse d’avoir un bandeau sur les yeux. Jette son chapeau, met un genou à terre et offre sa poitrine aux salves des douze grenadiers commandés d’un signe de l’épée par un officier. « Le corps s’agite. Il lève le bras. Il est achevé de deux balles ».

La chapelle du cimetière du Nord

On retrouvera son corps nu sur une dalle de la chapelle du cimetière du Nord.
L’histoire dit que des personnes auraient joué aux dés ses habits: une casaque jaune, des bottes hongroises à glands dorés et une chemise ensanglantée.

Douze heures après son exécution, l’armée russe de Saint-Priest reprenait Reims.

Alain MOYAT

(La fille de Gonsse de Rougeville a demandé à Alexandre Dumas de ne pas mettre le nom de son père pour désigner le héros de son livre.)

Article réalisé à l’aide de sources diverses dont un article de G Lenôtre et un d’André Castelot pour la collection « Historia ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s